post

Le home cinéma, c’est le luxe d’un cinéma à la maison, grâce à des équipements pointus. Encore faut-il faire le bon choix, parmi une large gamme de produits, et procéder aux bons réglages.

Etape 1 : choisir son vidéoprojecteur

Les vidéoprojecteurs équipés de la technologie DLP (Digital Light Processing) sont les plus répandus. Ils offrent une très bonne qualité d’image et une bonne luminosité. Les projecteurs Tri-LCD ont une luminosité encore plus puissante, et peuvent servir aussi dans les pièces éclairées. Ils sont notamment choisis pour les projections en milieu professionnel et pour la projection de textes. Derniers nés, les projecteurs avec technologie LED affichent une faible consommation, avec une lampe d’une grande longévité (dans les 30 000 heures).

Les prix vont d’environ 200 euros à 1 500 euros. Outre cet élément de budget, il vous faudra choisir votre home cinéma selon la taille de la salle de projection (généralement la pièce à vivre, le salon, mais aussi parfois une cave ou un grenier aménagé). La distance de projection est un élément essentiel pour l’installation et le bon fonctionnement du projecteur, mais n’est pas le seul paramètre à prendre en compte. Il faut aussi veiller à ne pas choisir un écran de projection trop grand, car il rendrait le visuel inconfortable.

Etape 2 : Fixer le vidéoprojecteur, l’enceinte et l’écran

Une fois le vidéoprojecteur choisi, reste à le fixer, ainsi que l’écran de projection et l’enceinte, avec, pour certains modèles, la possibilité d’intégrer un ascenseur pour vidéoprojecteur fixé au plafond. Pour d’autres, il est possible de les encastrer au mur, ou d’offrir un visuel quasi-invisible avant utilisation.

Erreur fréquente d’installation, il ne faut pas oublier de prévoir un passage pour le cordon HDMI du vidéoprojecteur, en plus de celui pour le câble électrique du support motorisé. Un vidéoprojecteur doit en fait disposer de plusieurs connections : celle de base du port VGA, celle du port HDMI, mais aussi celle du port USB (pour pouvoir brancher une clé USB sans passer par l’intermédiaire d’un ordinateur) et celle du port DVI (haute définition).

Etape 3 : Régler le vidéoprojecteur

Les réglages permettent d’obtenir une bonne qualité d’image. Au préalable, il faut d’abord faire un peu chauffer l’appareil (environ 15 minutes d’allumage), pour que lampe et utilisateur s’habituent l’un à l’autre. Ensuite, vous pouvez facilement ajuster la luminosité, les contrastes et les couleurs, à votre goût, en n’oubliant pas de les mémoriser à la fin du processus. A noter, les projecteurs Tri-LCD sont ceux qui nécessitent le moins de réglages.

Etape 4 : configurer l’éclairage

Une bonne luminosité est nécessaire pour avoir une bonne qualité d’image, qu’il s’agisse d’une utilisation privée ou professionnelle. Le choix d’une lampe projecteur de qualité et adaptée à la pièce de projection, c’est la base. Dans une pièce sombre, un projecteur de 1000 lumens environ peut être suffisant, mais dans un endroit plus éclairé (c’est souvent le cas de salles de réunions) et/ou dans les grandes salles, il faut un appareil d’au moins 2 000 lumens, voire plus.

Une lampe videoprojecteur 3M représente un coût d’au moins 250 euros, et peut aller jusqu’à environ 500 euros. Les modèles les plus pertinents actuellement sont facilement consultables sur internet, et notamment les lampes 3M.

Enfin, pensez à l’entretien de votre vidéoprojecteur, en activant le mode économique en tant que de besoin. Cela augmentera la durée de vie de votre lampe : en dégagent moins de chaleur, elle durera plus longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *